Julien Brecard : l’interview qui part en vrille !

brecard

Julien Brecard est devenu  joueur de poker professionnel après avoir œuvré en tant que manager pour des teams pro.

Il a bien voulu se livrer à notre questionnaire hors poker : l’occasion pour nous de découvrir un individu… un peu spécial. Voire complètement barré.

julien brecard

En ce moment, la chanson qui te transcende, celle qui te fait monter le volume quand tu l’entends ?

« Il avait les mots » de Sheryfa Luna.

 

Mini questionnaire de Proust : si tu étais un pays ?

Si j’étais un pays, je serais la France. Malgré tout ce que le gouvernement français m’a fait, je suis quand même resté là. Donc, soit je suis très con, soit j’adore la France et comme je n’aime pas trop me dire que je suis trop con, j’aime bien la France.

Un sentiment ?

Si je devais être un sentiment, je serais l’érection. Je ne sais pas si c’est un sentiment, c’est une sensation. Peut-être la demi-molle [rire].

Un animal ?

Si j’étais un animal, je serais… j’ai envie de dire que je serais un caméléon. Parce que j’aime bien le prénom « Léon ». Je serais le camé Léon.

Un film ou une série ?

Un film : Le Cercle des Poètes Disparus, « O Capitaine Mon Capitaine »,

Une série ? Je ne suis pas très séries… J’en aime bien une pas très connue, ça s’appelle Kenny Powers (Eastbound and Down). C’est un truc avec un ancien joueur de base-ball mexicain, c’est assez marrant.

Un jeu hors poker ?

Ouais, là en ce moment je m’amuse bien aux « Aventuriers du Rail » (« Ticket to Ride » en anglais). J’aimerais bien un jour peut-être aller à un championnat du monde de ce truc-là.

Est-ce qu’on t’a déjà confondu avec quelqu’un ? Si oui qui ?

On me confond de temps en temps avec des inconnus, du genre : « Ha tu t’appelles Jean-Louis », « non, moi c’est Julien Brécard » [rire].

Une question que personne n’a jamais osé te poser ?

« Tu racontes tout le temps que tu es nul et que tu ne sais pas jouer au poker : est-ce que tu le crois vraiment ? »

Et ta réponse ?

Ouais, je pense vraiment que je ne suis pas très bon.

La blague qui te fait marrer ?

J’ai entendu une contrepétrie de Jojo Poker (Joseph Carlino) qui disait « Je voudrais un Coca-Cola au glaçon et non pas un caca collé au caleçon ». Voilà, elle m’a fait rire.

Ton pire et ton meilleur souvenir en soirée sur le circuit ?

C’est à la fois le pire et le meilleur !

Je me suis retrouvé à poil dans les couloirs du Stratosphère à Las Vegas pour ma première nuit là-bas après avoir été fêter l’anniversaire de Michel Abecassis. J’ai eu un trou noir et je me suis réveillé en train de marcher nu dans les couloirs de mon hôtel.

Je me suis fait choper par les gars de la sécurité. J’ai failli aller en taule.

D’où les films qui sont sortis derrière !

Oui, Very Bad Trip… c’est sorti deux ans après. [rire]

Si tu étais professionnel dans un autre domaine, qui serais-tu ?

Je pense que j’aurais été un mec comme Laurent Blanc. J’aurais été défenseur de l’Équipe de France championne du monde de football et j’aurais eu des coupes improbables. J’aurais bien aimé porter le maillot de l’Équipe de France et jouer dans des clubs incroyables comme Naples, Barcelone, Manchester…

Laurent-BLANC

Et après, être entraîneur parce que je pense que quand t’aimes ça, t’as pas envie de le quitter ce monde-là.

Je te remercie Julien !

De rien.

 

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Julien Brecard : l’interview qui part en vrille !
Notez cet article



Pas de commentaires

Commenter

+18Pariez de manière responsable