Comment impressionner vos adversaires aux tables de poker ?

Reviewed on

Autorisé

Approuvé par les utilisateurs

Paiement rapide

La maîtrise des probabilités est essentielle au poker. La chance également. Cependant, un 3ème aspect est trop souvent ignoré des joueurs : la dimension psychologique. Si vous débutez une partie en prenant l’ascendant sur votre adversaire, vous avez déjà fait 50% du boulot. Nous vous indiquons ici comment faire pour que les autres joueurs vous craignent avant même d’avoir joué le moindre jeton.

poker player

Poker live : choisir les bonnes fringues

Look général

Il n’existe pas de tenue spécifique qui indique directement à vos adversaires “attention les enfants, je suis un cador du Texas Hold’em”. Les habitués des tournois live savent pertinemment que l’habit ne fait pas le moine, et qu’un mec en costard 3 pièces peut être bien plus nul qu’un boutonneux en pull qui gratte ou qu’une fille en minijupe.

Il est quand même possible de distinguer 2-3 éléments vous permettant d’en imposer à la table :

  • Le sweat-shirt à capuche est un classique parmi les bons joueurs : Phil Laak ou Elky, notamment, en sont friands. Confortable (qualité indispensable si vous passez plusieurs heures sans bouger), il s’avère également bien pratique pour dissimuler votre visage lorsque l’adversaire cherche à détecter vos tells
  • L’autocollant d’un opérateur : si vous souhaitez vous faire passer pour un pro, membre de la team Winamax ou Pokerstars, procurez-vous un autocollant de la room et collez-le sur vos fringues ou votre casquette. Ce subterfuge fonctionne généralement assez bien en début de tournoi : après, si vous allez loin, vous risquez fort de vous faire griller, mais vous vous en foutez royalement, cela vous aura déjà permis de vous construire un joli petit stack

L’importance des accessoires

A la fois utiles et tape-à-l’oeil, les accessoires sont indispensables pour impressionner vos adversaires à la table.

Commençons par la montre : logiquement, un bon joueur de poker n’est pas fauché, donc évitez d’arborer fièrement une imitation Rolex à la crédibilité douteuse. Faites plutôt dans la montre massive type Hublot, si vous voulez vous prendre pour un footballeur professionnel. Sinon, faites comme Elky et choisissez une Parmigiani Fleurier : en revanche votre carte bleue risque de souffrir…

elky et ses montres

Un autre élément essentiel : le casque. Tous ceux qui jouent régulièrement en tournoi live savent que le bruit des jetons manipulés est proprement infernal. Pour lutter contre ce fléau, un casque audio de qualité, type Beats by Dre, vous permettra de vous concentrer sur votre jeu, tout en indiquant aux autres que vous n’êtes pas venu pour plaisanter.

Dernier point : les lunettes, indispensables pour se protéger des lumières agressives des casinos ainsi que pour vous soustraire au regard perçant de vos adversaires. Pour montrer que vous n’êtes pas un touriste, optez pour des Blue Shark Optics, spécialement conçues pour les joueurs de poker : contrairement aux lunettes de soleil, elles ne diminuent pas votre vision, tout en dissimulant parfaitement votre regard.

To talk or not to talk

La parole est d’argent…

L’éloquence n’est pas chose facile au poker : mais quelquefois, balancer une phrase bien sentie à un adversaire peut instantanément le mettre en tilt : il suffit d’attendre votre prochaine bonne main pour ramasser ses jetons à la petite cuillère.

De plus, commenter certains coups (avec parcimonie) peut s’avérer utile pour semer le trouble dans la tête de vos adversaires. N’hésitez pas non plus à faire un peu de name dropping : “Patrick Antonius m’a sorti au dernier WSOP sur ce flop, j’étais dégoûté“. Avec une audience un peu crédule, ça peut passer.

Mais le silence est d’or

Le danger des bavards, c’est qu’ils se retrouvent rapidement à prononcer des bonnes phrases de loser, perdant ainsi tout crédibilité à la table. La meilleure stratégie pour semer la panique dans la tête de vos adversaires est de ne pas prononcer un seul mot du tournoi : ni bonjour, ni merci, ni bravo, rien. Laissez les autres penser que vous êtes une espèce d’autiste à la Rain Man, et vous aurez illico un ascendant psychologique sur eux : comment déceler les bluffs de quelqu’un qui ne dit rien ?

Faites parler vos doigts

Si jacasser ne mène souvent à rien, vous pouvez tout de même inspirer la méfiance en montrant votre dextérité à manipuler les jetons. Si vous jouez entre amis, vous pouvez également apprendre à mélanger les cartes de manière classieuse quand vous endossez le rôle du dealer. De nombreuses vidéos vous permettent d’acquérir les bases, ensuite, avec un peu de pratique, vous pourrez manipuler les cartes comme un prestidigitateur (et de plus, cela vous permettra de tricher si vous en avez besoin).

Impressionner au poker en ligne

Bien utiliser les options fournies

Pour montrer qu’on est un pro du poker en ligne, il faut déjà bien maîtriser le logiciel sur lequel on joue : tables en mosaïque ou en cascade, position à la table, dispositions personnalisées, muck (action de cacher ses cartes) automatique lorsque vous remportez le coup…

N’oubliez pas également de masquer la fenêtre de chat : l’utiliser vous fera perdre votre concentration et, de plus, vous entrerez automatiquement dans la catégorie “gros boulet” réservée à ceux qui commentent chaque main. Un bon joueur de poker en ligne ne perd pas son temps à discuter ou à faire des paris entre amis, il gagne, un point c’est tout.

Le jeu, rien que le jeu

Sur internet, impossible d’épater la galerie avec votre style vestimentaire ou vos attitudes : tout passe par votre style de jeu.

Pour impressionner vos adversaires, une règle primordiale : limitez le call. Un joueur qui se contente mollement de suivre jusqu’à la river passe inévitablement pour un type mou, aussi charismatique qu’une endive. Pour montrer à la table qui est le patron, relancez le plus souvent possible, ou sortez du coup si vous pensez être perdant, mais par pitié, ne laissez pas les autres vous mener par le bout du nez.

Une stratégie qui peut paraître farfelue, mais n’est pas dénuée d’intérêt, notamment contre des bons joueurs : faire all-in, même si vous n’êtes qu’en début de tournoi. En effet, en agissant ainsi, vous limitez les chances de votre adversaire de vous manipuler après le flop, et vous vous évitez un sacré mal de crâne. De plus, les bons joueurs ne prendront pas le risque en début de tournoi de sortir sur un bad beat, même s’ils savent qu’ils ont un meilleur jeu que le vôtre.

Néanmoins, la meilleure solution reste toujours de jouer juste, sans commettre de fautes majeures, et de vous tenir à vos engagements : pas de tilt, lecture attentive des joueurs… La seule façon d’impressionner réellement vos adversaires, c’est finalement de jouer mieux qu’eux.En savoir plus sur le sujet :

En savoir plus sur le sujet :

18+ | Jeu responsable! | Termes et conditions applicables | Contenu commercial