Le coup de massue au PSG après le Bayern sera-t-il plus fort que d’habitude ?

Dernière mise à jour le

Article original publié par Goal.pl.

Parmi les vingt footballeurs les mieux payés de Ligue 1, dix-neuf portent chaque jour un uniforme avec la Tour Eiffel comme logo. Le huitième remplaçant du PSG perçoit donc un salaire plus élevé que presque tous les joueurs jouant dans un autre club. Mais ces derniers temps, il est difficile de ne pas avoir l’impression que les paillettes du Parc des Princes ont atteint le plafond de verre.

Ces derniers temps, au PSG, il n’y a d’accord que sur les possibilités financières. Mais qui sait à quoi elles ressembleront lorsque Qatar Sports Investments reprendra Manchester United, par exemple.

🏆 Nos conseils pour parier sur la Ligue des Champions

Il y a un an, après la défaite dans les trente dernières minutes du match aller du retour contre le Real Madrid, le PSG a décidé d’investir davantage dans la recherche des raisons des défaites dans la tête des joueurs. Le temps que cet aspect soit développé, il s’était déjà effondré, et à cela s’ajoutait une mauvaise forme sportive.

Il semble que le match nul contre le Bayern pourrait avoir un impact important sur l’avenir du PSG.

Les rumeurs de mort seront exagérées. Mais…

À la fin du XIXe siècle, l’un des journaux américains a publié des informations sur la mort de Mark Twain. Il s’agissait d’une simple erreur – à Londres, où le célèbre écrivain a séjourné, c’est en fait son proche cousin portant le même nom qui est mort de la maladie. La correction a été faite par Twain lui-même, qui a écrit dans une note envoyée à un journaliste : “Les rapports sur ma mort sont exagérés.” Il n’est effectivement mort que 13 ans plus tard. Cette anecdote me vient à l’esprit lorsque je regarde ce qui se passe autour du Paris Saint-Germain ces derniers temps. En Ligue 1, le club affiche une moyenne de 1,4 point par match (3-1-3) depuis le début de l’année 2023, alors qu’il n’avait pas perdu un seul match auparavant. En outre, les joueurs de Christophe Galtier ont été éliminés de la Coupe de France après avoir perdu contre Marseille, et vers la fin de l’année dernière, des rapports ont commencé à émerger selon lesquels Qatar Sports Investments pourrait se retirer du financement du club. Si quelqu’un veut tirer la conclusion que nous sommes sur le point de faire face à la mort du PSG tel que nous le connaissons, alors ces conclusions sont – et comment – prématurées. Mais dire que rien ne se passe serait un euphémisme.

Les Qataris ne disparaîtront pas. Mais…

Qu’est-ce que Qatar Sports Investments ? Il y a plus d’un mois, des informations sur le départ prévu du PSG ont été démenties. Le groupe QSI sera heureux de se débarrasser de seulement 10 à 15 % des actions si quelqu’un investit environ 600 millions d’euros. En même temps, les Qataris sont très sérieux à l’idée d’investir dans un autre grand club. Une partie des actions du moyen – SC Braga – ils ont acheté en 2022, maintenant ils vont pour plus. Ils le font à un moment où le PSG enregistre des pertes record et où l’on parle d’un changement de stratégie pour ce club. Celle qui consistait à surinvestir dans les stars n’a jamais vraiment fonctionné. Les Parisiens n’ont pas réussi à remporter la Ligue des champions, et à domicile, ils n’ont même pas été proches de la série de titres remportés par le Bayern en Allemagne. Cela leur permet d’être évalués comme l’un des clubs les plus surinvestis au monde.

Selon le dernier rapport financier, lors de la saison 2021/22, le PSG a dépensé 728 millions d’euros en salaires aux employés. Tout d’abord, il a généré une perte de 369 millions. C’est l’un des pires résultats de l’histoire du football. À titre de comparaison, le deuxième pire club des 12 derniers mois, l’AC Milan, a enregistré un déficit de plus de 300 millions de moins. Des chiffres comme ceux-là vous feraient vous demander si l’avenir du PSG n’est pas en péril. Après tout, la comptabilité a été la raison pour laquelle la Juventus a été pénalisée de points négatifs, et dans un moment, cela pourrait conduire à la rétrogradation de Manchester City de la Premier League. Si le PSG était membre de ces ligues ou appartenait à la Liga, la question de l’avenir serait légitime. En Ligue 1, cependant, des règles complètement différentes s’appliquent. Selon la réglementation française, les clubs sont uniquement tenus de rembourser leurs dettes de manière lisse, quelles que soient les pertes. Et le PSG s’acquitte de son obligation. Étant donné que le champion français est géré par le Qatari, la solvabilité est garantie. La position élevée d’Al-Khelaifi au sein de l’UEFA et son intimité étroite avec Aleksander Ceferin, alimentée par le fait que le PSG ne voulait pas rejoindre la Super League, laissent également espérer que quelqu’un portera un regard critique sur les finances du champion français.

Javier Tebas, quant à lui, les critique. Le président de la Liga n’a pas eu bonne presse ces derniers temps, mais dans une interview accordée à “L’Equipe”, il ne s’est pas mordu la langue.

“Al-Khelaifi n’a pas de limites pour atteindre ses objectifs. Avec le PSG, il montre qu’aucun argent n’est un problème pour eux. Ils ont offert 600 millions à Mbappé, mais s’il fallait lui donner 200 millions de plus, ils le feraient. Selon les normes actuelles, il est impossible pour le PSG d’engager de telles dépenses. Au cours des six ou sept dernières saisons, le PSG a perdu 1 milliard d’euros. Il est en train de briser l’écosystème du football européen. Comment les autres clubs peuvent-ils rivaliser avec quelqu’un qui perd un milliard d’euros ? Tebas est furieux.

L’Espagnol attire également l’attention sur l’ampleur des sanctions infligées au PSG. Au début de la saison, l’UEFA a infligé au PSG une amende de 65 millions d’euros pour non-respect du fair-play financier. Cependant, 55 millions de cette pénalité ont été suspendus, même si le club a été sommé de revenir à l’équilibre financier sous la menace de sanctions plus fortes. “10 millions d’euros pour le PSG et Nasser, c’est comme dépenser du café ! Les sanctions doivent être dissuasives. Celles qui ont été imposées ne le sont pas, affirme Tebas.

C’était censé être un travail de tête. Mais…

On dit que trois choses sont certaines dans la vie : la mort, les impôts et la troisième, dont on discute toujours. Pour le besoin du moment, on peut écrire que les conflits autour du PSG, alors que l’équipe multiplie les tentatives pour gagner la Ligue des champions. “Le Parisien” a récemment rapporté que Neymar allait quitter le club, qui devait être critiqué par Luis Campos, le directeur sportif du club, pour son manque d’engagement dans le match contre Monaco (1 : 3). En somme, Neymar et les conséquences de l’avoir dans l’équipe – bonnes et mauvaises – sont de toute façon calculés. Pire encore quand il tombe sur d’autres terrains. Marquinhos, adoré par les supporters et les propriétaires – une prolongation de contrat avec lui est considérée comme une priorité – vient d’entrer sur le sentier de la guerre avec les fans lorsqu’il a refusé de les approcher après la rencontre en Principauté. Il semble donc que s’il y a quelque chose dans l’ADN du Paris Saint-Germain, c’est bien le conflit.

Au PSG, la Ligue des champions est devenue une obsession ces dernières années. Les causes des désastres – y compris les conflits en tout genre – ont été analysées dans les moindres détails. Sous l’impulsion de Nasser al-Khelaifi lui-même, il a été décidé que le club devait accorder plus d’attention à la prise en charge psychologique. Non seulement individuel, car dans le football professionnel, les consultations avec un psychologue du club n’ont rien d’extraordinaire, mais aussi collectif. La raison en était une autre panne, la défaite cumulée de l’année dernière contre le Real Madrid, au cours de laquelle le PSG a été meilleur dans trois des quatre mi-temps. Mais l’opinion sur ce plan interne n’a jamais été unanime. A cela s’est ajoutée une pré-saison mouvementée (changement d’entraîneur et de directeur sportif, qui a également chamboulé les priorités. Certains joueurs ont profité de la confusion pour remettre en cause à haute voix l’idée de “concertation”.

Rien ne fonctionne ces derniers temps

Jusqu’à présent, il est pourtant souvent arrivé que le PSG perde en Ligue des champions malgré de belles performances dans les compétitions à domicile. Désormais, les problèmes des joueurs ne sont pas seulement dans leur tête, mais surtout sur le terrain. Les médias français écrivent que le schéma qatari ressemble à ceci : trois défaites en peu de temps provoquent l’irritation. La quatrième signifie une crise pour eux. La cinquième – probablement le licenciement de l’entraîneur. Après le match contre Monaco, le PSG se trouve sur le deuxième échelon de cette échelle. Lors de la conférence de presse, Galtier n’a même pas nié qu’il était préoccupé par l’avenir.

Et les conditions dans lesquelles il doit récemment travailler sont loin d’être confortables. Les mouvements ont récemment été limités par le nombre de blessures (Messi, Verratti, Mbappé, Mukiele, Renato Sanches), et l’attaque virale n’a pas permis l’utilisation de Fabian Ruiz à Monaco. L’Espagnol figure d’ailleurs sur la liste suivante – des footballeurs avec lesquels on a placé des espoirs, et qui jusqu’à présent n’a pas dépassé les espoirs. 115 millions d’euros ont été dépensés pour lui, Carlos Soler, Renato Sanchez, Vitinha et Hugo Ekitike, et il est difficile de dire qu’au moins une partie de cet investissement a été rentabilisée.

Les jeunes sont également déçus. A Monaco, un seul de ses représentants a répondu aux attentes. Même s’il a concédé quelques ballons, Warren Zaire-Emery a été sous le jeu et a même marqué pour la deuxième fois cette saison en L1. Les autres – Timothée Pembele, Ismaël Gharbi et El Chadaille Bitshiabu, impliqués dans la défaite par deux buts d’écart, ont été parmi les plus faibles sur le terrain. De plus, le fait d’avoir autant d’adolescents sur le terrain en même temps soulève des questions quant à savoir si Galtier a vraiment une idée pour cette crise.

Des conséquences plus importantes que d’habitude ?

La dernière fois que le PSG a joué contre le Bayern, les Allemands ont dû se débrouiller sans Robert Lewandowski, blessé, et ont finalement été éliminés. Aujourd’hui, pour des raisons évidentes, le Polonais ne sera plus là, et pourtant, selon les bookmakers, le Bayern – qui ne présente pas non plus une forme éblouissante après la Coupe du monde – est le favori. Si ces prédictions se réalisent, il pourrait y avoir un effondrement à Paris. En regardant tout le climat autour du club et les plans de Qatar Sports Investments, on se demande s’ils ne sont pas les plus gros depuis que les cheikhs ont acheté leurs parts.

18+ | Jeu responsable! | Termes et conditions applicables | Contenu commercial