Loto de la biodiversité : une nouveauté FDJ pour la nature

Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

Le Loto de la biodiversité va finalement voir le jour : l’amendement déposé par la majorité a été conservé dans la 1re partie du budget 2023.

Ce nouveau jeu ressemblera au Loto du Patrimoine, l’idée chère à Stéphane Bern. Les tickets seront édités par la Française des jeux et coûteront vraisemblablement 10€.

Les joueurs pourraient aussi profiter d’une grille Super Loto à 3€, dans le but de sensibiliser au dérèglement climatique. À cette heure-ci, ce ne sont que des suppositions.

Les modalités exactes du jeu feront l’objet d’une convention trilatérale entre l’État français, la FDJ et l’OFB (Office français de la biodiversité)

Comment jouer au Loto en ligne ?

Pourquoi un Loto de la biodiversité ?

L’idée derrière ce jeu est très simple : « promouvoir la biodiversité près de chez soi » selon les mots de Pierre Dubreuil, le directeur général de l’OFB.

Au même titre que le patrimoine français, la biodiversité de notre pays est à la fois riche et menacée.

Le Loto permettrait alors de réaliser plusieurs projets d’intérêt public : nettoyage, plantation, restauration, préservation… Une manière de suppléer l’État dans une mission cruciale pour la survie de tous.

Comment seront financés les projets du Loto ?

Chaque projet recevra un budget de la part de l’OFB, ainsi qu’un pourcentage sur les ventes du loto.

Chaque joueur pourra sélectionner celui qui l’intéresse en achetant le ticket correspondant, et ainsi être acteur du financement.

L’État perçoit normalement 12% des ventes de tickets. Cette somme sera directement reversée à l’OFB pour les différentes missions.

D’après les prévisions de Jean-Marc Zulesi, député Renaissance des Bouches-du-Rhône : « Cette première édition du Loto de la biodiversité permettra peut-être de récolter 15 millions d’euros, voire 50 millions d’euros au profit de l’OFB ».

Les montants paraissent élevés, mais sont en réalité faibles par rapport aux prérogatives très larges de l’agence : lutte contre la pollution de l’eau, lutte contre le braconnage, préservation des espèces animales, encadrement de la chasse…

Un projet cosmétique pour les syndicats

Si les intentions du Loto de la biodiversité sont louables, elles ne sont qu’un cache-misère selon le syndicat SNE-FSU, qui dans un tweet du 10 octobre 2022 a déclaré :

Tweet syndicat FNE-FSU

L’organisme déplore le financement minimal de l’OFB. Créée en 2020 avec l’ambition de sauver la biodiversité, l’agence ne capte que 0,14% du budget national (chiffres du Conseil économique, social et environnemental). Trop peu pour un sujet aussi important.

Rappelons que selon l’OCDE, la préservation de la biodiversité coûte une fois et demie le PIB mondial par an. Soit une somme comprise entre 125 000 et 140 000$.

Pour éteindre la polémique, l’État préfère rappeler que le Loto du Patrimoine avait rapporté un peu moins de 22 millions d’euros pour sa 1re édition.

C’est certes une jolie performance, mais la tâche qui incombe à l’OFB est immense. Son budget annuel devrait être 10 fois supérieur à cette valeur… au minimum.

Quoi qu’il en soit, espérons que la réussite du Loto de la biodiversité soit au rendez-vous. Le financement participatif permettrait de rattraper les carences de l’état en la matière, et ce malgré de belles promesses.

La moitié de quelque chose vaut toujours plus que l’intégralité de rien du tout, comme le dit le proverbe.

 



18+ Jeux Responsable ! Jeu responsable