Paris sportifs : un homme joue pour 110 000€ avec des chèques sans provision

Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

En Dordogne, un joueur a été condamné à 6 mois de prison ferme pour avoir parié la somme de 110 000€ avec des chèques en bois.

paris sportifs

Tout commence par une histoire de confiance entre un parieur, Ghislain C., et son buraliste de la commune de Vélines. Courant mars 2022, il joue plusieurs fois de grosses sommes des pronos, qu’il paie à chaque fois en espèces.

Une fois son capital en espèces dilapidé, il commence à régler ses paris en chèques. Étant donné les sommes importantes qu’il a déjà jouées, le buraliste ne se pose pas de questions. Et ce malgré les appels de la FDJ pour lui demander d’où provient l’argent.

Finalement, les chèques se révèlent sans provision. Montant du préjudice : 110 000€, répartis en 30 paiements distincts.

Le buraliste et le joueur se sont retrouvés au tribunal. Le premier doit rembourser les 110 000€ à la Française des jeux. Il a été obligé de revendre son fonds de commerce et d’emprunter de l’argent à la banque pour s’acquitter de sa dette.

Le parieur a été reconnu coupable d’escroquerie et condamné à 6 mois de prison.

La protection des joueurs compulsifs : un enjeu de société

Outre la confiance mal placée du buraliste, cette histoire met en lumière un énième exemple de jeu compulsif. Pour tenter d’endiguer ce fléau, les bookmakers ont fait de gros efforts ces dernières années.

Premièrement, les parieurs doivent se fixer des limites de dépôt et de mise hebdomadaire à l’inscription.

Ces valeurs peuvent être modifiées à tout moment, mais il faut généralement attendre 48 heures pour qu’un changement à la hausse soit effectif. Cela évite de pouvoir faire un dépôt important pour compenser ses pertes.

Souvent moquée, cette barrière est néanmoins un outil puissant pour casser la spirale du jeu compulsif à court terme.

Un joueur peut aussi s’auto-exclure du site de pari pendant une certaine période. Durant ce délai, il ne peut pas se connecter à son compte. Même le service client ne peut pas en débloquer l’accès.

Pour les cas extrêmes, on peut faire une demande d’interdiction de jeu auprès de l’ANJ. Il est alors impossible d’engager des paris et même de s’inscrire chez un bookmaker ou dans une room de poker en France. Cette mesure inclut aussi les casinos physiques.

EvaluJeu et Bonnes Pratiques : des addenda bienvenu sur les sites de paris

À l’heure actuelle, chaque bookmaker est tenu de mettre sur l’écran d’accueil un lien vers la page d’EvaluJeu, ainsi que vers celle des bonnes pratiques de l’ANJ.

EvaluJeu est un site qui permet de connaître son degré d’addiction au pari, via un test que l’on peut faire gratuitement. On y trouve aussi des conseils à destination des joueurs et de leur entourage.

Les bonnes pratiques de l’ANJ énoncent le plan d’action de l’organisation pour prévenir le jeu compulsif. L’institution donne 3 excellents conseils que chaque parieur doit avoir en mémoire :

  • Jouer pour le plaisir et non pour gagner de l’argent.
  • Accepter de perdre, même lorsque la victoire était à portée de main.
  • Refuser de parier lorsque l’on n’est pas dans son état normal.


18+ Jeux Responsable ! Jeu responsable