Pubs des bookmakers : découvrez les spots incontournables de ces derniers mois

Reviewed on

Autorisé

Approuvé par les utilisateurs

Paiement rapide

Focus sur les pubs des bookmakers ayant marqué dernièrement le petit écran et les navigateurs internet.

SiteBonus de bienvenueFaites votre inscription
PMU
pmu sport

1er pari remboursé en cash jusqu'à 100€
Unibet

 

unibet sport

Jusqu'à 110€, dont 10€ sans dépôt avec le code promo Unibet GDPVIP
Winamax
winamax sport

Jusqu’à 100€ offerts direct & Jusqu’à 100€ offerts direct
Betclic
betclic sport

Jusqu’à 100€ offerts en freebets
ZEbet
zebet sport

1e pari doublé jusqu'à 100€ avec le code promo ZEbet GDPMAX
Parions Sport
parions sport
100€ de bonus dont 15€ sans dépôt

Il y a un bonus qui vous plaît ? Cliquez dans la 3e colonne et ouvrez un compte sur le site correspondant. Validez votre profil et faites un premier dépôt : vous pourrez jouer alors sans limites.

Attention : vous n’avez le droit de vous inscrire que si vous avez au minimum 18 ans. Il faut aussi que vous ayez un compte bancaire à votre nom et que vous habitiez en France.

Pub des bookmakers la plus surréaliste : « Question du jour » du PMU avec Antoine Griezmann

Pour promouvoir sa formule « Question du jour » sortie au début de l’année 2022, le PMU a imaginé une campagne avec un Antoine Griezmann devant répondre à des questions existentielles.

Le spot, qui a été fait par l’agence Buzzman, est décliné en 3 versions différentes.

Le footballeur est chaque fois dans une voiture en compagnie d’une personne qui lui pose une question surréaliste : « L’eau, ça mouille, mais pourquoi ? », « Est-ce que tu crois que la temporalité de l’être est la même pour tous ? » ou « Le futur est incertain parce que nous sommes ignorants ou parce que nous sommes libres ? ».

Grizi semble mi-amusé, mi-agacé. On peut comprendre pourquoi.

L’international français est au cœur de la stratégie de communication du PMU dans la dernière ligne droite avant la Coupe du Monde 2022 de foot. Dans le spot intitulé « L’hymne », on le voit fredonner un air en même temps que d’autres personnes, qui chantent devant la retransmission d’une course de turf.

Une fois l’épreuve finie, certains exultent et d’autres sont déçus. Le spot se termine par le slogan de cette campagne : « Tous ensemble. Sauf à l’arrivée. Que les meilleurs gagnent ».

Pub des bookmakers avec le plus gros casting : campagne Unibet 2021 avec le PSG

Sur le fond, cette campagne Unibet ne révolutionne rien. Elle commence par questionner les intentions des parieurs : « Pourquoi on se fie toujours à notre instinct ? », « Pourquoi on analyse tous les matchs ? ». La réponse, apportée laconiquement à la fin, est simple « Parce que nous sommes des joueurs ».

Sur la forme par contre, la pub est digne d’une super production hollywoodienne. On y retrouve entre autres Marquinhos, Neymar et Kimpembe. Excusez du peu.

Ce spot, qui s’inscrit dans le cadre du partenariat entre Unibet et le club de la capitale, pose un problème de déontologie : est-il normal que des joueurs de foot soient le visage du jeu d’argent sur internet ?

En Angleterre, le pays où le pari est roi, cela a été interdit. Les sportifs et les influenceurs n’ont plus le droit d’apparaître dans les pubs des opérateurs de prono.

Malgré des moyens énormes, la campagne d’Unibet n’a pas eu l’air d’impressionner les joueurs au vu des commentaires négatifs que l’on trouve sur YouTube.

Pub des bookmakers la plus dark : « Grosse cote, gros gains, gros respect » avec Winamax

La campagne 2021 de Winamax s’adressait à une cible bien précise : les urbains de 18 à 35 ans. Intitulée « Grosse cote, gros gains, gros respect », elle mettait en scène un jeune homme en jogging dans le hall d’ascenseur d’un HLM.

Accompagné d’une personne plus âgée que lui, il découvre qu’il a remporté son pari, puis lui tient galamment la porte de la cabine et appuie sur le bouton.

L’ascenseur se transforme ensuite en machine infernale qui grimpe jusqu’au sommet du HLM, transperce le toit de la tour, puis vient se ficher sous la carlingue d’un avion qui passait par là. La passagère sort, un brin décoiffée, puis va s’asseoir sur son siège, direction le soleil sans doute.

Cette campagne a une esthétique sombre et inquiétante qui rappelle le film de Darren Aronofsky « Requiem for a Dream », mais avec une touche française.

La pub la plus immersive : celle de Betclic « Basule dans le Game »

La pub Betclic « Bascule dans le Game » est à mettre à l’actif de Socially. On y retrouve Thomas Ngijol, à la fois acteur et réalisateur.

Dans cette campagne, Ngijol raconte à ses amis comment il a « recadré l’équipe » et l’a mise sur la voie du succès dans un match « mal engagé ».

Rafraîchissante, légère, portée par un acteur à la décontraction légendaire, cette pub est un coup de maître.

Le producteur Franck Annese a d’ailleurs salué le travail et la détermination de l’acteur : « Il (Thomas Ngijol) a déjà réalisé ou co-réalisé trois longs-métrages, mais il ne connaissait pas le rythme de la pub, et s’y est très bien fait. Il a évidemment apporté sa touche à l’écriture et ensuite son souci du détail à chaque étape du film dans un timing qui n’était pas évident. »

Pub des bookmakers la plus street : « Bête de plaisir, bêtes de paris » de ZEbet

Pour sa campagne « Bête de plaisir, bêtes de paris », ZEbet a mis le paquet sur les codes des années 2020 : appels en facecam, langage cryptique, terrain de Five, bruit des notifications Push. Sans oublier quelques références à Olive et Tom avec le ballon ovale qui manque de transpercer le filet.

Le spot fait la part belle aux images de synthèse. Il s’inscrit à la fois dans le présent et le futur, ce qui lui donne une couleur particulière.

La pub la plus raisonnable : « Et si parier c’était plus que perdre ou gagner » de Parions Sport Pointe de vente

France Pari est le premier opérateur à inscrire sa campagne dans le contexte de l’addiction.

Le spot de 2022 « Et si parier, c’était plus que perdre ou gagner » se focalise sur les émotions que procure le jeu en ligne, mais livre aussi un message de prévention. « Parier, c’est aussi ne pas parier », dit la pub, alors que l’on voit une personne consulter puis ranger son téléphone.

Certains diront que cela frise l’hypocrisie venant d’un opérateur de jeu en ligne et ils n’auront pas tort. Mais il convient tout de même de saluer une initiative rare dans le milieu.

LES JEUX D'ARGENT ET DE HASARD PEUVENT ÊTRE DANGEREUX : PERTES D'ARGENT, CONFLITS FAMILIAUX, ADDICTION.

RETROUVEZ NOS CONSEILS SUR (09-74-75-13-13, APPEL NON SURTAXÉ).

18+ | Jeu responsable! | Termes et conditions applicables | Contenu commercial