Roland Garros 2022 : Le debrief de la journée du 31 mai

Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

Ce mardi 31 mai 2022 marquait le début des quarts de finale dans les différents tableaux de simple à Roland-Garros. L’occasion de revenir sur les deux rencontres de folie qui ont animé le Court Philippe-Chatrier, à savoir la rencontre entre Alexander Zverev et Carlos Alcaraz, mais surtout l’affrontement tant attendu entre le tenant du titre et numéro 1 mondial Novak Djokovic opposé à Rafael Nadal, le roi de la terre battue. Chez les femmes, Coco Gauff et Martina Trevisan se disputeront jeudi après-midi le premier billet pour la grande finale.

🎾 Zverev – Alcaraz : la relève est assurée !

Premier quart de finale du simple messieurs et les deux joueurs qui sont entrés sur le court sont ceux que l’on attendait au moment du tirage au sort. La fameuse partie haute du tableau voyait Nadal, Djokovic, Alcaraz et Zverev potentiellement s’affronter à partir des quarts. Ce fut chose faite. Non sans mal pour les deux, puisque l’Espagnol et l’Allemand sont tous deux passés à deux doigts de prendre la porte dès le deuxième tour, mais les deux jeunes joueurs ont eu les nerfs solides pour se sortir des griffes respectives de Ramos-Viñolas et de Sebastián Baez. Avec une balle de match sauvée pour chacun d’entre eux, ils ont frôlé la correctionnelle.

Il y a trois semaines à peine, les deux hommes s’étaient affrontés en finale du Masters 1000 de Madrid. A domicile, Carlos Alcaraz l’avait logiquement emporté face à un Zverev emprunté physiquement (6/3, 6/1). La première victoire du prodige face à l’Allemand en carrière. Mais cette fois, c’est bien Alexander Zverev qui démarrait la rencontre pied au plancher. Très solide, il s’empare assez logiquement des deux premiers sets sur un score identique (6/4, 6/4). C’est alors que le niveau et l’intensité vont monter.

Alcaraz se montre ensuite beaucoup plus entreprenant et petit à petit, il réussit à rééquilibrer les débats. A 5/4 dans le troisième set, il réussit un superbe jeu de retour pour breaker et s’emparer de la troisième manche (6/4). Les deux protagonistes ne vont pas baisser en régime et vont proposer un quatrième set au scénario complètement fou et avec des échanges de toute beauté. A 4/4, Zverev parvient à prendre le service adverse et s’apprête à servir pour le gain du match. C’était sans compter sur la résilience phénoménale de Carlos Alcaraz qui revient immédiatement. Dans un tie-break aussi irrespirable que magnifique, l’Espagnol de 19 ans se procure plusieurs balles de set mais ne les convertit pas. A l’inverse, Zverev conclut le match d’un retour gagnant en revers le long de la ligne.

Le résumé du match par France TV Sport


🎾 Djokovic – Nadal : un duel de titans ! 

La rencontre entre Alcaraz et Zverev était exceptionnelle, la foule venue en nombre était conquise. Mais finalement, ce match n’était en réalité qu’un apéritif du match de la session de nuit. En effet, les deux principaux favoris du tournoi, Novak Djokovic et Rafael Nadal, se retrouvaient dès les quarts de finale et il y avait fort à parier qu’après la défaite d’Alcaraz, le vainqueur de cette affiche prendrait une sérieuse option sur le trophée le 5 juin prochain. Pour leur 59ème match et le 10ème à Roland-Garros, nous attendions énormément et ce choc a tenu toutes ses promesses.

Un premier jeu d’une durée de dix minutes et qui voit Nadal s’emparer du service du Serbe. Le ton est donné. Djokovic ne rentre pas bien dans le match, et à l’inverse, l’Espagnol envoie parpaing sur parpaing. Très vite, il s’échappe pour boucler une première manche à sens unique sur le score de 6 jeux à 2. Le deuxième set ressemble fortement à l’entame de match, du moins au début. Là encore, Nadal paraît injouable et mène logiquement 3/0 double break. C’est le moment choisi par le tenant du titre pour se rebiffer. Après plusieurs jeux consécutifs accrochés dont un monumental de 18 minutes à 3/2 contre lui qu’il remporte, il revient dans le match puis remporte le set 6/4, ce dernier ayant duré 1h24 !

Alors que la rencontre avait commencé à 21h10, on se disait à ce moment-là que la rencontre pouvait durer jusqu’à l’aube, tant les deux joueurs se rendaient coup pour coup et que chaque échange était intense. Et alors que l’on pensait que « Nole » avait repris le dessus, Nadal réagissait parfaitement d’entrée dans la manche suivante. Pour le troisième set d’affilée, Djokovic a servi en premier et pour la troisième fois, Nadal parvient à le breaker. Sans doute à la recherche de son second souffle après tous les efforts qu’il a dû produire pour revenir à une manche partout, le double vainqueur du tournoi est retombé dans ses travers du début de rencontre. Résultat, Nadal boucla beaucoup plus aisément le set, sur le même score que le premier, 6/2.

Dans le quatrième, c’est cette fois le Serbe qui eut la bonne idée de prendre tout de suite le service de Nadal, mais les rôles de la deuxième manche s’inversent: Djokovic gâche son avance, et après avoir obtenu deux balles de set à 5/3 sur son service, il se fait rejoindre. A 6/5 pour lui, il lâche prise. Nadal enchaine alors plusieurs points de haut niveau, et le numéro 1 mondial ne s’en remettra pas. A 6/1 dans le jeu décisif, il sauve trois balles de match mais doit s’incliner sur un ultime revers parfait du Majorquin. Ce dernier prend sa revanche suite à sa défaite en demi-finales face au même Djokovic l’an passé. La première demi-finale est connue: Nadal, désormais grandissime favori, défiera un Zverev en forme pour une affiche qui promet.


🎾 Trevisan – Fernandez : Forza Italia ! 

Dans le tableau féminin, la première demi-finale opposait pendant la pause méridienne l’Italienne Martina Trevisan à la Canadienne Leylah Fernandez, finaliste du dernier US Open. Après ses éclatants succès face à Belinda Bencic et Amanda Anisimova, la jeune joueuse de 19 ans s’avançait en tant que favorite face à la surprise Martina Trevisan, qui adore briller Porte d’Auteuil. Quart de finaliste en 2020, où elle s’était inclinée face à la future lauréate Iga Swiatek, l’Italienne de 28 ans semble avoir la recette lorsqu’elle joue à Paris.

Pourtant, c’est la gauchère transalpine qui a rapidement pris les devants face à une joueuse qui est loin du niveau qu’elle a affiché depuis le début du tournoi. Trevisan boucle le premier set 6/2. Fernandez, avec l’expérience qu’elle a acquise ces derniers mois, s’est subitement rappelée son parcours mémorable à Flushing Meadows l’année dernière, où elle avait atteint la finale. Ses qualités de guerrière lui ont permis d’arracher une manche décisive suite à un tie-break survolé 7 points à 3. 

Oui mais voilà, Fernandez, blessée au pied droit, n’a pas pu défendre ses chances à 100% dans l’ultime set et face à une joueuse en état de grâce (43 coups gagnants), la jeune canadienne n’a rien pu faire, même si elle a commis beaucoup d’erreurs (44 fautes directes, ce qui est bien trop à ce niveau).

Martina Trevisan continue quant à elle son compte de fées, et deux ans après son épopée inachevée, là revoilà et elle n’est plus qu’à une marche de la finale. Voilà de quoi perpétuer la relation particulière que doit entretenir la joueuse avec le tournoi de Roland-Garros.


🎾 Gauff – Stephens : duel 100% américain ! 

Le deuxième quart de finale était tout aussi indécis et opposait deux américaines pétries de talent. D’un côté, Coco Gauff, 18 ans, qui cherche à se qualifier pour la première fois de sa carrière dans un dernier carré de Grand Chelem. De l’autre, Sloane Stephens, 29 ans, victorieuse à l’US Open 2017 et finaliste à Roland en 2018. A l’époque, elle s’était inclinée face à Simona Halep.

A l’US Open l’année dernière, Gauff avait subi la loi de Stephens en deux manches. Sur une surface différente, la plus jeune des deux américaines veut rétablir la vérité et le premier set fut accroché. Gauff finit par avoir le dernier mot, 7/5.

Dans une rencontre plutôt décevante (les deux joueuses ont fait chacune plus de fautes directes que de coups gagnants), l’expérimentée Stephens ne tient pas la route, et « Coco » s’avance tranquillement vers la victoire sur le score de 7/5, 6/2.

En demi-finales, Gauff retrouvera Trevisan pour la revanche de 2020. En effet, au deuxième tour il y a deux ans, l’Italienne s’était imposée au terme d’un gros combat (4/6, 6/2, 7/5). Ce jeudi, l’enjeu sera tout autre puisque l’une de ces deux joueuses aura le privilège de disputer sa première finale en Grand Chelem. Alors qui de la jeune américaine ou de la gauchère transalpine aura le dernier mot ?


🏆 Envie miser sur les phases finales de la compétition ? Découvrez tous nos conseils et les meilleures cotes pour parier sur Roland Garros.

 



18+ Jeux Responsable ! Jeu responsable