Le foot, l’ennemi n°1 des parieurs

sap_match_insights

Ce sport représente près de 60% de l’ensemble des paris sportifs en France, et pourtant, il rend fou la plupart des pronostiqueurs misant quelques euros sur PMU ou Betclic…

Voici les raisons pour lesquelles le ballon rond représente un calvaire pour les parieurs.

Des favoris toujours champions…

Dans la plupart des championnats européens, le champion est quasiment connu d’avance : le PSG en Ligue 1, le Bayern en Allemagne, Madrid ou le Barça en Liga… Dès le début de saison, la « glorieuse incertitude du sport » est mise à mal : les clubs qui ont investi le plus vont se retrouver aux premières places.

En conséquent, les cotes des opérateurs sont dramatiquement faibles : en pariant 100€ sur la victoire d’un cador, vous aurez de quoi acheter un Kit-Kat à la fin de l’année !

Bayern champion
Allez les gars, c’est la même chose depuis 30 ans, mais faites comme si vous étiez contents, y’a des caméras…

… mais pas de logique sur un match !

Du coup, on se dit que même si on gagne peu, en misant sur tous les matchs du championnat, on finit par se faire un petit pécule sympathique. Eh bien non ! Sur un match, tout est possible…  En effet, en pratiquant la technique intitulée on s’en fout on défend à 11, n’importe quel club amateur peut anéantir une équipe de professionnels surentraînés : la Coupe de France en montre de nombreux exemples chaque année.

En Ligue 1, c’est la même chose ! Simple constat : Evian perd contre tout le monde, le PSG bat tout le monde… et Evian bat le PSG. Normal.

Quevilly en finale
Bravo les gars, on vient de pourrir les pronos de tout le monde !

A cause de Zlatan !

C’est le genre de type qui donne envie de manger son bulletin Parions Sport.

Prenons le cas du Trophée des Champions en août 2014, contre Guingamp : la plupart des joueurs parisiens sont encore en vacances suite à la Coupe du Monde, le match se déroule sous une chaleur étouffante au fin fond de la Chine… On se dit que Guingamp, en défendant comme un chien affamé défendrait une côte de boeuf Wagyu, peut arracher un match nul. On tente donc un petit pronostic, la cote est belle.

Seulement… Seulement il y a Zlatan.

A peine rentré de vacances (tout juste s’il ne joue pas en tongs), il plante un doublé dans les 20 premières minutes, et le PSG s’impose 2-0. Ecoeurant.

Ci-dessus, un parieur malheureux essaie de provoquer Ibra. Qui n’apprécie pas trop.

Quand les arbitres s’en mêlent

Même si vous étudiez soigneusement tous les éléments d’une rencontre, un simple coup de sifflet de l’arbitre peut faire basculer un match entier. Si un club se retrouve à 10 dès le début du match suite à une simulation grotesque d’un joueur adverse, toutes vos analyses minutieuses d’avant-match volent en éclat.

Ceci est également valable quand l’arbitre oublie de siffler un penalty évident pour une main dans la surfaceN’est-ce-pas, les Bordelais ? Du coup, les Bastiais concèdent un match nul alors que la victoire leur tendait les bras. En Corse, on a brûlé des paillotes pour moins que ça.

Arbitre aveugle
Allégorie

Quand le match est truqué

A moins d’avoir quelques amis haut placés dans la Mafia, parier sur le foot est risqué : c’est l’un des sports les plus touchés par les scandales de paris truqués.

Au plus haut niveau, les matchs arrangés sont encore assez rares, mais si vous regardez un match entre 2 clubs de division 2 de Singapour, ne vous étonnez pas si le gardien frappe la balle directement au fond de ses propres filets : il y a sans doute été gentiment incité.

Seule solution : faire n’importe quoi

Ne riez pas : ça peut marcher. Cette parieuse anglaise le prouve : elle gagne 1 500€ en misant par erreur sur l’adversaire de son équipe préférée

 

La FDJ® a bien inventé le Loto Flash, qui choisit aléatoirement vos numéros de Loto à votre place. Il faut inventer le même concept pour les paris sur le football !

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Le foot, l’ennemi n°1 des parieurs
Notez cet article



Pas de commentaires

Commenter

+18Pariez de manière responsable